photo © Menno Kok

REVOLUTIONARY BAR CONCEPT OPENS IN AMSTERDAM.
THE WORLD’S FIRST BAR, WITHOUT A BAR. SERVE YOURSELF AT AMSTERDAM’S NEW MINIBAR
The famous Prinsengracht canal in Amsterdam is the location for a revolutionary bar concept where customers serve themselves from one of 45 private mini-bars, opened on March 20th.
The wall of mini-bars is accessed with a personal key that customers receive after checking in at the door.

photo © Menno Kok

The Minibar ’s chic interior has been designed by Amsterdam architectural legends Concrete who are also responsible for The Supper Club, the award-winning Citizen M chain of budget hotels and a host of hot design offerings in the Netherlands and abroad. The idea for the new bar was conceived by a trio of Dutch friends who wanted to create a nightlife offering that was “more like inviting your friends to hang out in a hip hotel room, than standing in line waiting for a drink at a regular bar.”

photo © Menno Kok

The concept is so simple that the owners were surprised that it hadn’t already been done. According to their research it is the first of its kind. You check in with the concierge, they give you a key to your own fridge and then you serve yourself. A credit card or ID card left at the front desk is reclaimed after payment of the tab. Besides the wall of mini-bars which extends the length of the bar, the interior is made up of central bars (good for meeting new people) and plenty of cozy spots on the long couch for lounging with friends to share a bottle of Prosecco or mix your own Bloody Marys. Next to interior design, music plays an important factor in the MiNiBAR concept. Bespoke playlists are being put together by the owners’ network of international DJs such as Carl Craig or Pilooski.

photo © Menno Kok

As well as drinks MiNiBAR also serves food, which is couriered in from restaurants in the vicinity.
With backgrounds in HoReCa, design and the music industry, the owners are convinced that The Minibar will add something new to the Dutch HoReCa landscape which is populated mostly with traditional brown-café bars and a small smattering of boutique offerings. It will most likely appeal to the ascending class of Amsterdam’s creative professionals with their thirst for the new and demand for convenience.

photo © Menno Kok

photo © Menno Kok

In collaboration with the Vitra Design Museum and the Centre Georges Pompidou, Paris, the C.I.R.E.C.A. organises every year a series of interdisciplinary summer workshops at Domaine du BoisBuchet.

Participants from all over the world live and work for one week with renowned architects, designers and artists at the Domaine de Boisbuchet, an idyllic country estate in the Southwest of France. The aim of these courses is not to produce a « perfect » product, but to offer insights into design processes and the challenges involved – challenges to think rationally, work imaginatively and display manual dexterity. The courses on offer focus on the practical, creative work and range from very concrete topics to questions which have purposely been left open. In the evenings a versatile accompanying programme is offered with lectures, discussions and general leisure activities. The extensive park-like estate of the Domaine de Boisbuchet is perfect for jogging and rambling, and a private lake invites for swimming and fishing.

LE PAVILLON CHANEL

juillet 24, 2008

Quand la mode et l’architecture se rencontrent…

Le 9 juin, jour de l’ouverture de la 52e Biennale de Venise, l’architecte Zaha Hadid et le couturier Karl Lagerfeld ont dévoilé leur projet de pavillon d’art itinérant pour la maison Chanel. Le « mobile art » accueillera pendant deux ans une exposition d’art contemporain dont Fabrice Bousteau, directeur de la revue « Beaux Arts », sera le commissaire. La structure de 700 m², design et futuriste, sera doté d’une carrosserie aérodynamique. Des jeux de lumière croisés animeront l’espace, éclairé artificiellement par le sol et naturellement par une verrière zénithale à 6 m de hauteur.

Ecrin de luxe pour art tout public

Démontable et transportable, le « mobile art » fera, à partir de janvier 2008, des escales de plusieurs semaines dans les capitales mondiales de la mode : Hongkong, Tokyo, New York, Los Angeles, Londres, Moscou et Paris. Ecrin de luxe, il présentera les œuvres de 15 artistes contemporains internationaux qui réinterpréteront le fameux sac Chanel matelassé en sculpture, peinture, vidéo ou performance. Agés de 24 à 74 ans, leur anonymat est, pour l’instant, soigneusement protégé. Chanel signe là une grande opération de mécénat. L’exposition gratuite doit permettre à ces 15 artistes « d’être connus du grand public ». Opportunité également pour Zaha Hadid, lauréate du prix Pritzker 2004, qui a pu mettre en œuvre un projet qui lui tient à cœur depuis longtemps. « C’est une envie que j’avais depuis la fin de mes études, de créer un musée itinérant« , a-t-elle déclaré à la presse.

http://www.chanel-mobileart.com/

POP-UP STORES

juillet 24, 2008

Vincent Elka, artiste français venu du graffiti (Lokiss, une figure comme on dit des grands), passé par le Net et son activisme graphique, vient pour la première fois à Linz. En invité de choix, puisque sa première installation interactive, « shout » y est présentée pour la première fois (bardée d’une mention honorable, distinction qui fait généralement des envieux).

C’est une alternative plus directe et frontale de ce qui constitue le projet SHO(U)T dans ses versions ou panoramique ou multi-écrans. Celles-ci vous ont été présentées précédemment.
Les implications, dans l’absolu, sont identiques : oeuvre participative et interactive, dont l’action du spectateur achève la conceptualisation  sinon catalyse par réciprocité  les prolongements  visuels, sonores, la matière vitale de l’œuvre en situation.
La machine réceptive, détourne, manipule, véhicule l’information produite par le spectateur, et l’artiste, voire, tels qu’anticipés par l’audience.
Il y a trois éléments qui sont autant d’acteurs potentiels, trois échelles sensitives, trois terrains cognitifs : l’artiste incarné dans le personnage filmé, le spectateur, la machine. Tous s’insérant avec plus ou moins de facilité dans l’échelle globale de l’installation : un autre champ émotionnel quoi que plus palpable et constant.
Tous trois luttant pour leur propre survie, par recouvrement et multiples niveaux de parasitages.
Les émotions du spectateur sont formalisées via 4 caractéristiques :
intensité, excitation, agressivité, inhibition.

Les caractéristiques des émotions sont calquées directement sur le niveau des caractéristiques du son. (faible volume = faible excitation= Taux faible, etc..)

La signification des émotions d’après ces caractéristiques est calculée avec la logique floue (fuzzy logic). Il ne s’agit pas ici de résoudre de manière intelligente (optimisée) un problème complexe, mais plutôt d’un jeu « d’émotions », aussi, il n’est pas nécessaire d’utiliser des techniques d’IA complexes (recherche de solution avec heuristiques, etc..), mais plutôt une approche jeux vidéo (script avec logique floue).

Exemple :
Forte excitation et faible agressivité = joie
Très forte excitation et faible agressivité = euphorie
Forte intensité et forte inhibition = peur
Très forte intensité et très forte inhibition = effroi

‘Je sommes’. Voilà à quelle prise de conscience accèdera le spectateur en haut de l’escalier  qui mène au podium. Et non à ce qu’aurait pu sous-entendre une telle structure, la figuration d’une telle ascension dans l’inconscient collectif, c’est-à-dire ‘je suis’.
C’est l’ambition de ce  SHO(U)T.

  House of Bols Cocktail & Genever Experience is a place where visitors can discover everything about the world’s oldest distilled spirits brand Lucas Bols, in Amsterdam since 1575. House of Bols is an interactive experience into the dazzling world of cocktails and bartending, as well as a discovery of the traditional Dutch genever as a cocktail mixer. The multisensory experience takes visitors on a spectacular adventure of taste, smell, images and sound. House of Bols is the winner of the prestigious Dutch Design Award for Best Exhibition & Experience in 2007.

nacho carbonell ivars

mars 13, 2008

‘por las ramas’ transitory cocoons 

COOK AND BOOK

mars 12, 2008

 

une librairie pas tout à fait comme les autres…

 

the diesel denim gallery aoyama in tokyo is currently showing a light installation designed by japanese architect

ayako maruta. titled ‘suspended figure’, the design mimics the shape and form of arches and columns,
reinterpreted through construction site light fixtures. this choice of light was made to signify the ‘work-wear’ origins
of denim. curated by masaaki takahashi, the installation will be on display in the showroom until august 17th.

photography by mikio shuto (courtesy of diesel)

« all over store’, installation by by herbert hinteregger, 2006 exhibition view georg kargl permanent